Rich snippets : le point sur Google et les extraits enrichis

Depuis mai 2009, Google donne la possibilité d’enrichir le contenu des extraits présentant un site sur une page de résultats de recherche. Si en pratique l’implémentation des métadonnées qui permettent d’avoir des extraits enrichis sur Google semble plutôt simple, il convient de se poser les bonnes questions avant de s’engager dans cette mise-en-oeuvre.

L’intérêt des extraits enrichis ou « rich snippets » en anglais

Bien qu’à ce jour aucune étude d’envergure ne démontre de manière formelle que cette fonctionnalité permette bien d’augmenter le taux de clic sur les résultats de recherches, le bon sens voudrait qu’un résultat enrichi ait un CTR largement supérieur à un même résultat qui ne bénéficierait pas de cette amélioration visuelle. Pour les sites éditeurs, l’intérêt des extraits enrichis est donc essentiellement d’augmenter le CTR de leurs résultats de recherches et ainsi le trafic vers leur site.

Quelques exemples

Dans le cas d’une recette de cuisine, Google pourra enrichir la présentation du résultat en affichant également le temps de préparation, le nombre d’avis, les ingrédients nécessaires ainsi qu’une photo.

Exemple d’extrait enrichi pour une recette de cuisine 

Rich snippets : le point sur Google et les extraits enrichis 1

Dans le cas d’un hôtel, Google pourra présenter le nombre d’avis ainsi que la note moyenne de ces avis sous forme d’étoiles.

Exemple d’extrait enrichi pour un hôtel

Rich snippets : le point sur Google et les extraits enrichis 2

Enfin, dans le cas d’un film, Google pourra proposer la note moyenne des critiques sous forme d’étoiles, une partie de son synopsis ainsi que son casting (acteurs et réalisateur).

Exemple d’extrait enrichi pour un film

Rich snippets : le point sur Google et les extraits enrichis 3

Choisir la bonne technologie : microdonnées, microformats ou RDFa

La procédure d’implémentation est plutôt simple, bien qu’il faille en amont trancher sur la technologie à utiliser. En effet, il existe 3 technologies différentes pour parvenir au même résultat : les microdonnées, les microformats et RDFa. Google, dans sa documentation officielle, présente les 3 technologies sans indiquer de préférence. En revanche, tous les exemples sur https://schema.org/ (site de documentation créé conjointement par Google, Bing et Yahoo!) se basent sur des microdonnées.

Ce parti pris de Schema.org aura certainement tendance à orienter le plus grand nombre vers les microdonnées.<:p>

Implémenter les extraits enrichis (rich snippets) sur son site

Une fois la technologie choisie, il est nécessaire de suivre les directives avec attention et de s’assurer de faire bon usage de ce standard. Inutile d’essayer de détourner l’usage premier de ces métadonnées. Il faut ainsi mettre à plat la liste des données que vous voudrez baliser sur votre site et procéder à une intégration selon les consignes données.

Attention : il existe un grand nombre de données « balisables », mais la majorité d’entre elles ne sont pas encore utilisées par les moteurs de recherche. Il sera tout de même possible de faire une implémentation en bonne et due forme, mais pour le moment, celle-ci n’aura aucun impact visuel dans les résultats de recherches. Exemple pour les hôtels : selon les informations données sur Schema.org, il est possible d’ajouter une image de l’établissement en métadonnée. Néanmoins à l’heure actuelle, celle ci n’est pas affichée par Google. En revanche, les images sont affichées pour des résultats de recettes. Avant d’attaquer l’intégration, il est donc important d’effectuer une recherche et de s’assurer qu’il y aura bien un bénéfice au niveau du rendu visuel des extraits de votre site sur les pages de résultats de recherche. Cela évitera bien des « ça marche pas » post intégration.

Tester le rendu des extraits enrichis (rich snippets)

Une fois l’implémentation effectuée, il existe un outil Google qui permet de tester le rendu. L’outil se trouve sur http://www.google.com/webmasters/tools/richsnippets. Il est toutefois important de noter que cet outil affiche un aperçu des métadonnées trouvées sur la page, mais ne garanti en rien qu’elles seront reprises par Google dans ses pages de résultat.

Les rich snippets sont en somme un bon moyen de proposer un résultat plus attrayant à ses internautes sur les moteurs de recherche et d’augmenter ainsi son CTR. Il faut simplement aborder l’implémentation avec un minimum de méthodologie et réaliser un rapide calcul coût/avantage avant de se lancer dans le développement. Enfin, il est important de rappeler qu’aucun moteur ne garanti la prise en compte des métadonnées ajoutées.