Comment réduire son taux de rebond ?

Le taux de rebond indique le nombre de visiteurs quittant le site après n’avoir consulté qu’une seule page par rapport au nombre de visiteurs total.

Idéalement de 0, il se situe généralement entre 30 et 60 % ; car tout dépend du secteur et du type de site que vous gérez (site vitrine, e-boutique, blog…).

Un coup d’œil sur Google Analytics a révélé que le taux de rebond de votre site était élevé ? Heureusement, rien n’est perdu ! Il existe des solutions pour améliorer ce chiffre !

Un contenu pertinent pour éviter la déception de l’utilisateur

La raison principale pour laquelle un internaute repart aussitôt de votre site, en particulier dans le cas d’une boutique en ligne, c’est parce qu’il est déçu du contenu, qui ne correspond pas à ses attentes. Pour éviter cela, mieux vaut prendre quelques précautions simples.

Comment réduire son taux de rebond ? 1

Première question à se poser : comment l’internaute est-il arrivé ici ?

Les liens pointant vers le site doivent être travaillés avec attention : la publicité mensongère est à bannir, tandis que les mots-clés utilisés comme ancres de lien doivent être précis et pertinents, en adéquation avec le contenu de la page pointée et en fonction du public visé.

Pour éviter la déception du visiteur, la mise en page mérite également un soin particulier. Des titres courts et explicites, une information importante placée en premier, les éléments superflus supprimés (rien de pire qu’une page surchargée !)… Tous ces éléments contribuent à la clarté et à l’efficacité d’une page.

Si vous possédez un site d’informations, ne faites pas trop long ! Découpez votre contenu avec intelligence pour ne pas décourager l’internaute avant même qu’il ne commence à lire.

Les optimisations mises en place pour le référencement naturel doivent permettre de présenter un contenu en cohérence avec la recherche de l’internaute.

Enfin, n’oubliez pas qu’un internaute peut arriver sur votre site via une page produit qui n’existe plus. Optimisez votre page 404 ! L’objectif est que l’internaute puisse s’orienter facilement vers un autre produit ou une autre information susceptible de l’intéresser. Un simple lien vers l’accueil, ou un formulaire de recherche interne devrait suffire à ne pas le perdre.

Soigner l’ergonomie

À retenir absolument : l’internaute n’est pas du genre patient !
Des temps de chargement trop longs, c’est un client potentiel qui s’agace… et qui s’en va !

Pour cette même raison, les animations en Flash ou Java, lourdes et nécessitant parfois l’installation de plugins, peuvent s’avérer contraignantes pour l’utilisateur. Ces technologies sont donc à utiliser avec parcimonie, le HTML restant une valeur sûre !

De même, évitez les images trop lourdes et longues à charger.

Pour calculer la vitesse de chargement de vos pages, Page Speed de Google est l’outil qu’il vous faut !

Comment réduire son taux de rebond ? 2

Par ailleurs, le choix des polices de caractères et des couleurs doit répondre à un souci de cohérence et de sobriété. Effets stylistiques à bannir donc, l’excentricité étant l’ennemi de l’ergonomie.

Une attention particulière doit donc être portée à la lisibilité et au design, mais aussi à l’arborescence du site. Il faut montrer de façon claire et pertinente la structure de votre site : tous les internautes doivent rapidement comprendre sur quelle page ils se trouvent.

En outre, il est nécessaire de vérifier que l’expérience utilisateur est la même, quel que soit le navigateur utilisé par l’internaute. Et n’oubliez pas que certains internautes utilisent encore des navigateurs qui ne sont plus d’actualité !

La navigation dans votre site doit être aisée et permettre à votre visiteur de se rendre sur la page souhaitée en un minimum de clics.
Mettez en avant les éléments les plus importants du site, comme le retour à la page d’accueil, la page « contact » ou « qui sommes-nous ? ». Les autres types de liens internes (vers des produits ou catégories connexes, par exemple) sont les bienvenus. Attention néanmoins à ne pas en abuser !

Enfin, pensez aux terminaux mobiles ! Smartphones et tablettes sont de plus en plus utilisés pour naviguer et commander en ligne. Cela demandera parfois de repenser totalement le site mais il faut bien comprendre que faire l’impasse sur ces nouvelles tendances est le meilleur moyen de perdre des internautes !

Comment réduire son taux de rebond ? 3

Captiver et rassurer l’internaute

Pour diminuer son taux de rebond, il importe d’encourager l’internaute à poursuivre sa visite, en recourant par exemple au cross selling (vente additionnelle de produits complémentaires).

Un contenu développé et pertinent augmentera quant à lui le temps passé sur chaque page, tandis que la présence d’un fil d’Ariane servira de guide à l’utilisateur.

Comment réduire son taux de rebond ? 4

N’hésitez pas à placer un moteur de recherche interne (visible) ou des articles associés dans le cas d’un blog par exemple, ce qui permet également de développer l’accessibilité de votre site.

Enfin, le meilleur moyen de conserver un internaute sur ses pages est de l’inciter à agir. Ne lésinez pas sur les verbes d’action, mettez en valeur le bouton d’ajout au panier, en l’accompagnant de détails utiles (prix, frais de port, description simple du produit…) destinés à rassurer le client potentiel.

La première impression est déterminante pour un site, surtout en e-commerce, car un visiteur non convaincu est une vente qui ne se fait pas…

Pour cela, des conditions de vente détaillées et un formulaire de contact bien visible sont les bienvenus !

À l’inverse, inutile d’agresser votre visiteur dès son arrivée sur le site : évitez les nombreux encarts publicitaires, pop-up, enquêtes, formulaires, musiques et vidéos qui se lancent automatiquement…

Pensez aussi à réduire le nombre de liens externes (attention à leur pertinence) ou les faire ouvrir les pages dans une nouvelle fenêtre (en ajoutant un attribut target= »_blank » sur le lien).

Comment réduire son taux de rebond ? 5

Conclusion

Il est indispensable de faire régulièrement des tests sur votre site pour optimiser son ergonomie, mais aussi de vérifier les éventuels liens cassés, par exemple.

À noter que le taux de rebond n’est pas une notion à prendre en compte seule.

En effet, le taux de rebond doit être associé au temps passé sur le site (pour un article de blog, si le visiteur est resté longtemps, cela peut signifier qu’il a lu l’article dans sa totalité).

La page de destination a aussi son importance : un taux de rebond plus élevé sur une page contact est « moins grave » qu’un taux de rebond sur une page produit.